Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Routiers à st Jacques

400 scouts rejoignent 30.000 jeunes européens à Compostelle

 

Bayonne_Messe_02 Bayonne_Messe_02  

  

scouts d'Europe scouts d'Europe  Du 31 juillet au 6 août 2004, 400 jeunes routiers Scouts d’Europe français, accompagnés d’une délégation venue de Pologne et de routiers espagnols, ont pris leur bâton de pèlerin avec parmi eux, le clan St Antoine l’ermite du district du Hainaut (diocèse de Cambrai). Après le regroupement à Bayonne et une messe d’envoi présidée par Dom You, Père Abbé de l’abbaye Notre-Dame de Maylis, nous nous sommes rendus en bus jusque Triacastela (Galice) et nous avons parcourus à pied les 100 derniers kilomètres du « Camino Francès » qui nous mena jusqu’à Saint-Jacques de Compostelle.


 

Depuis sa création, la branche « route » (17-20 ans) des Guides et Scouts d’Europe est liée aux chemins de Saint-Jacques : pendant leurs camps d’été, les jeunes parcourent chaque été quelques étapes des nombreux chemins qui mènent à Compostelle. Tous les cinq ans, une arrivée est organisée pour permettre aux jeunes scouts d’aller se recueillir sur le tombeau de saint Jacques. Pour moi ce fut une première (et certainement pas la dernière !). Cette année, cette « arrivée » se déroule à l’occasion d’une année jubilaire (ou « jacquaire » année ou la St Jacques fêté le 25 juillet a lieu un dimanche).

 


 

Ajoutons que pour marquer l’élargissement de l’Europe à dix nouveaux pays, les évêques européens ont invité les jeunes européens à les rejoindre à Saint-Jacques de Compostelle. Nous nous sommes associés à ce rassemblement qui a réuni environ 30.000 jeunes. Nous avons pris notamment en charge l’animation musicale de la catéchèse et de la messe des jeunes pèlerins francophones qui a eu lieu le 6 août et fut présidée par Monseigneur Léonard, évêque de Namur (Belgique).


 

Pour ma part, j'ai fait partie de l'équipe liturgique. Donc j'avais pour service durant cette route la préparation des messes, la gestion du matériel liturgique (car nous avions notre matériel liturgique qui nous suivait) et le service de l'autel.

 


François Triquet, de Malplaquet

Article publié par • Publié Samedi 23 octobre 2004 - 21h02 • 2303 visites

Haut de page